Certains matériaux seront affectés par la présence de mousse, tandis que d'autres ne le seront pas, car les champignons et autres bactéries n'ont pas d'effet néfaste sur eux.

Je vous propose dans cette série d'articles de présenter les différents éléments composant la toiture et de déterminer ensemble si oui ou non ils sont sensibles à l'apparition de mousse.

Les carreaux de béton

Certaines toitures plus anciennes ou avec une architecture spécifique ont des carreaux de béton sur leur toit, ce n'est pas forcement le meilleur matériau à utiliser pour se prémunir des risques d'infiltration et pour évacuer l'eau, mais c'est plus esthétique et cela résiste davantage aux fortes chaleurs.

L'autre inconvénient des carreaux de béton réside dans le fait que les moisissures et autres mousses envahissantes peuvent créer de petits trous dans le ciment avec le risque de laisser passer l'eau à travers le toit.

Dans ce cas précis, il sera nécessaire de nettoyer 2 fois par an sa toiture avec un produit fongicide antimousse et un produit de protection hydrofuge afin de renforcer l'action imperméabilisante.

Les tuiles en argile

Les tuiles en argile sont également sensibles à la croissance des mousses. Si après l'automne vous ne nettoyez pas la toiture de votre maison, la mousse va s'agglutiner sur les tuiles et former de petits paquets qui vont retenir l'eau.

Si l'hiver est rude avec de nombreuses gelées, les mousses vont s'incruster dans les tuiles et elles risqueront de se fissurer à l'approche du printemps. L'effritement des carreaux d'argile peut être évité si vous entamez un grand nettoyage avant l'arrivée de l'hiver.

Même recommandation que pour les carreaux de béton : appliquez un produit de nettoyage fongicide pour éliminer les mousses, puis ajoutez en complément un produit d'entretien hydrofuge qui va envelopper la toiture et la protéger jusqu'au printemps.